Lionne

Publié le par La Gagosse

Texte écrit lors d’un atelier d’écriture.

La consigne était la suivante : écrire un texte en s’inspirant d’une photo Je reviens, c’est moi, j’ai remis les vêtements ancestraux de mon village et je suis sur le chemin qui me ramène à lui. J’ai été forcé de le quitter pour travailler à la ville. Un homme est venu nous chercher nous les filles. Nous  n’étions pas très grandes (entre 10 et 12 ans).  Il a dit  à nos parents de nous laissé partir, que les petites filles étaient très recherchées en ville pour tous les petits travaux minutieux. Mes parents ignorants mon (vendu) mais comment pouvaient-ils savoir.

Pendant le voyage vers la ville, cet homme a voulu  me forcer, me prendre, parce que j’étais la plus jeune. « Pour faire un exemple » mais je suis fière et mon nom signifie Lionne.

 Le  l’ai griffé, mordu, je me suis battu, parce que je suis fière parce que je suis Lionne.

Il ne m’a pas eu, il a voulu en tuer, il m’a jeté du camion qui roulait.

J’ai été ramené à la vie par une femme qui m’a ramassé sur la route. Elle m’a soigné, nourrit, habillé, elle a fini mon éducation dans son village. Un village de femmes meurtries et malmenés par la vie et par les hommes.

A seize ans je suis parti à la ville avec une idée en tête. Retrouver les autres celles qui n’ont pas eu ma chance. Je les ai toutes retrouvées et je les ramène avec moi, pour qu’elles racontent aux anciens des villages ce qu’elles ont vécu. Pour que plus jamais personnes ne puisse un jour prendre des petites filles pour en faire des esclaves.

Une foi ma mission accompli, je repartirais au combat pour trouver d’autres enfants.

 

    Ne vous fiez pas à ma jeunesse

    Ne vous fiez pas à ma beauté

    Vous auriez tort

    Je suis bien plus

    Je suis une Lionne

 

                                                          

                                                                                                    FDP

Publié dans écriture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Tu m'épates avec tes écrits dommage que tes ateliers soient aussi le samedi car tu manques aux petites croix.Bises.Yvette
Répondre